contact@ophtalmologie.casa +212 522-266168 / +212 522-430271 / +212 680 21 70 90
PKR-L’ÉPI-LASIK – LASEK

La PKR (PhotoKératectomie Réfractive au laser excimer)

La PKR, technique utilisant le laser excimer a été la première employée et a été très utilisée depuis 1993.

Elle consiste à remodeler la cornée en appliquant directement le laser excimer sur la surface de l’œil après pavoir retiré sa couche superficielle (épithélium).

L’opération se pratique sous anesthésie locale, elle est indolore.

Sa durée est courte (quelques minutes). Le chirurgien commence par retirer l’épithélium par grattage.

Il a alors accès à une couche plus profonde, le stroma qui représente 90% de l’épaisseur de la cornée sur laquelle il va appliquer le laser excimer avec une grande précision.

Chaque impact de laser excimer retire une épaisseur de cornée de 0,2 microns (millièmes de millimètres) sur une surface de 1 à 2 millimètres.

Le nombre d’impacts de laser excimer est calculé par ordinateur et varie selon l’importance de l’anomalie à corriger.

La PKR par laser excimer est efficace pour corriger les myopies faibles ou moyennes jusqu’à 6 dioptries et les astigmatismes jusqu’à 3 dioptries.

De nombreux chirurgiens expérimentés la réservent aux myopies inférieures à 3 dioptries.

Les inconvénients du laser excimer de surface résident dans les douleurs qui peuvent exister pendant 48 heures le temps que l’épithélium repousse complètement et dans la possibilité d’un voile cornéen cicatriciel (haze) susceptible de retarder la récupération visuelle.

Ce voile est le plus souvent minime mais dans de rares cas, il peut être assez dense pour gêner la vision pendant plusieurs mois.

La PKR peut s’accompagner d’une régression du résultat. En cas de correction insuffisante, une nouvelle opération au laser excimer est possible après un délai suffisant (6 mois à un an) pour s’assurer de la stabilisation du résultat de la première intervention et pour limiter le risque d’opacité cornéenne, plus fréquent en cas de retraitement par laser excimer.

Les autres effets secondaires et risques de la PKR sont globalement les mêmes que pour le Lasik.

L’avantage du laser excimer de surface demeure l’absence de découpe du volet cornéen.

Elle reste une solution si la cornée est trop fine pour être traitée par Lasik.

Les suites opératoires sont plus longues que pour le Lasik, la cicatrisation nécessite 3 à 7 jours, la récupération visuelle une semaine environ, reculant d’autant la reprise du travail et empêchant que les 2 yeux soient opérés le même jour.

Après l’opération au laser excimer, le port de verres filtrant les rayons ultraviolets est nécessaire pendant plusieurs semaines en cas d’exposition solaire.

La stabilisation de la vision peut demander plusieurs mois.

L’ apprentissage de la PKR étant simple, elle peut être pratiqué par un ophtalmologiste non chirurgien.

Elle nécessite un équipement et une formation moindres que pour le Lasik. Aussi reste-elle très répandue.

L'ÉPI-LASIK

L’épi-lasik, technique récente, contrairement à ce que son nom indique n’est pas un lasik.

C’est une forme améliorée, plus moderne, de PKR c’est à dire de laser excimer de surface où, au lieu de gratter ou d’enlever l’épihélium à l’alcool, on le soulève pour le conserver grâce à une instrumentation particulière. L’épithélium remis en place ou supprimé va ensuite cicatriser en quelques jours.

Il n’y a donc pas de volet cornée.

L’épi-lasik présente des avantages par rapport à la PKR: il permet de diminuer les douleurs, une récupération visuelle et une reprise de l’activité plus rapides, de diminuer les risques de voile cornéen (haze), une meilleure prédictibilité de la cicatrisation et de la correction de la myopie.

L’épi-lasik trouve essentiellement son intérêt chaque fois que l’on désire pratiquer une PKR, quand le lasik est contre-indiqué dans les cas de cornée ultra-fine, inférieure à 500 microns d’épaisseur, dans les cas de topographie cornéenne anormale, de sécheresse oculaire sévère ou dans les centres ne possédant pas le laser femtoseconde.

Dans tous les autres cas, le lasik avec coupe fine du volet au laser femtoseconde suivie, elle aussi par un traitement de la myopie par laser excimer, est préférable en termes de confort, précision et sécurité.

Le LASEK

Une technique particulière de PKR est appelée LASEK. Elle utilise le laser excimer.

Après soulèvement, grâce à l’application d’alcool, d’un volet superficiel de la cornée constitué de l’épithélium, les impacts de laser excimer sont appliqués sur la surface de la cornée.

L’épithélium est replacée en fin d’intervention.

Une lentille-pansement est ensuite appliquée.

Les études montrent que le LASEK est comparable à la PKR sur le plan de la douleur, de la récupération visuelle, et des résultats.

Il nécessite une instrumentation particulière et est plus délicat à réaliser. Le LASEK ne semble donc pas apporter un bénéfice notable par rapport à la PKR.